Frosthaven Campaign

Delighted to have Flavien Loisier from Hachette Games give us his thoughts in this review for Frosthaven from Cephalofair Games. 

Cette gamme est une légende à laquelle nous ne nous étions pas confrontés, bien nous en a pris !
Je vais vous faire l’affront de présenter la suite de l’ancien meneur du classement BGG : une aventure
coopérative dans laquelle vos héros vont affronter des trolls, démons et autres ennemis issu du froid
des montagnes, grandir, souffrir et sortir parfois victorieux, parfois claudiquant. Puis revenir au
village entre chaque session pour reconstruire des murs, développer des échoppes, fabriquer des
armes ou des potions qui permettront de vaincre des adversaires toujours plus menaçants. Le
matériel est magnifique et incite à vous plonger dans la boite.

Frosthaven on the table image
Le système pour mener ces missions a bien est de la gestion de main : chaque classe/héros a accès a
un nombre spécifique d’attaques et de pouvoirs. Chaque carte a 2 usages et souvent, utiliser l’une
contraint à ne pas faire la deuxième, les choix sont cornéliens et stimulants, les paramètres
multiples : la géographie de la carte du scénario, le type d’ennemis, les pouvoirs du personnage
(quelques grosses attaques nécessitant de la préparation ou de multiples escarmouches).
Pour avoir cette multiplicité d’options qui se développent sur 138 scenarii, la boite (colossale) est
remplie de différents decks d’ennemis, decks alliés, tuiles terrain, boites de héros, stickers, et chacun
doit être suivi en cours de partie. Pour jouer un scénario, il faut lire le scénario de la mission sur la
magnifique carte du plateau, éventuellement mettre les autocollants. Une fois la direction choisie et
ce plateau mis de côté, installer les tuiles terrains, isoler les jetons décors, les ennemis, leurs decks.
En fonction de ce a quoi les valeureux héros font face, chaque joueur construit son deck et prépare
une stratégie avec ses partenaires d’aventure.

Frosthaven Campaign
Et voilà ! C’est parti, les tours s’enchainent : phase des héros et choix difficiles, la part de chance est
minime et excitante, il y a vraiment un souffle d’aventure a la table, les coups d’éclat sont épiques, la
tension a son comble quand les ennemis passent à l’attaque et se retrouvent au contact du Banner
spear, que le Death Walker se retrouve acculé ou mieux encore, que leurs mouvements les
empêchent de faire la moindre attaque ! Qui va ramasser les trésors, empocher les points de
d’expérience ? A-t-on le temps d’aller ouvrir ce coffre avant que le deck s’épuise et que l’on perde le
scénario ? Oui !!!! et le boss du niveau est battu grâce a cette superbe attaque finale… Pfiou…
Il faut maintenant rouvrir le livret de scénario, voir ce que la suite propose, choisir si on revient a
Frosthaven (le village) ou si on continue à affronter le chef Algox ou le Démon du froid qui semble
pointer son nez dans la vallée ! Quoi qu’il arrive, il faut ressortir le plateau : il y a des autocollants a
rajouter, et les passages a Frosthaven permettent de mettre en commun certaines ressources et faire
évoluer les bâtiments pour débloquer de nouvelles armes ou autres outils pour faciliter votre quête.
Votre personnage va pouvoir monter en niveau et avoir accès a des pouvoirs impactant la stratégie
générale.
A trois joueurs, chaque session dure entre deux et trois heures, mais la partie maintenance est très
administrative et l’histoire, les choix à faire ne sont pas aussi épiques que les scénarios en eux même.
Le jeu a donc souffert pour nous eurogamers avides d’aventure d’un manque de constance dans
l’expérience. A posteriori, nous aurions pris plus de plaisir à affronter Gloomhaven : Jaws of the Lion,
malgré des choix stratégiques plus restreints, mais qui maintient un ratio aventure/maintenance plus
proche de ce qu’une quête est !

By Richard